Mes Concerts !!

25 décembre 2021

Je vous souhaite un Joyeux Noël !

06 morceaux de musiques sur le Thème de Noël . Je vous souhaite un Joyeux Noël à Toutes et Tous !!

14 décembre 2021

Mon audition de fin de trimestre (1er trimestre année scolaire 2021/2022)

A la fin de chaque trimestre notre professeur réunit ses élèves chez lui afin que chacune et chacun interprète les morceaux appris et travaillés. J’avais pour ma part à interpréter d’abord Rondino une fantaisie musicale sur un thème de Beethoven composé par Kreisler. Cette œuvre fait partie de ses nombreuses pièces de virtuosité avec un travail précis de l’archet et les doigtés d’un vibrato quasi permanent dans la subtilité des nuances qui colorent la partition à l’identique d’un tableau. Dans la richesse de son répertoire ses compositions assez courtes pour son instrument furent désignées parfois par le terme de « pièces de salon » qu'il présenta longtemps comme de simples arrangements de compositeurs du passé.

Friedrich « Fritz » Kreisler est né à Vienne en Autriche, le 2 février 1875.  A trois ans il sait déjà lire la musique. A 7 ans en 1882 il est admis au Conservatoire de Vienne où il étudie sous la direction de Joseph Hellmesberger , fils et petits-fils de violonistes, compositeur lui-même  et qui, en plus d’être professeur, a été nommé violoniste solo de la Chapelle de la Cour de Vienne. Celui-ci deviendra en 1890 le premier hofkapellmeister à l'Opéra de la Cour de Vienne puis de 1901 à 1903, le principal chef d'orchestre de l'Orchestre philharmonique de Vienne. Fritz Kreisler, enfant prodige, quitte le Conservatoire  à l'âge de 10 ans, médaillé d'or. Il part pour Paris où il est pris en mains par un autre illustre professeur, Joseph Massart, lequel comptera aussi parmi ses élèves Pablo de Sarasate, Henryk Wieniawski, Martin-Pierre Marsick1 et Camille Urso. A 12 ans il obtient le premier prix. Nous sommes en 1887.

Le Monde s’ouvre à lui. A 14 ans il effectue sa première tournée aux Etats-Unis avec Moritz Rosenthal, pianiste polonais originaire du royaume de Galicie et de Lodomérie, province de l'Autriche-Hongrie. Élève de Franz Liszt. Il revient en Europe où nous le retrouvons à Paris sur les bancs de l’Université pour apprendre l’art et la médecine. Puis il passe une année dans l'armée autrichienne. Le vécu de ces expériences lui confirme sa passion musicale qui l’a toujours habité et qu’il n’a jamais abandonnée. En 1896 il reprend sa carrière et part cette fois en tournée en Russie. Puis il est de retour, chez lui à Vienne où il est applaudi et adulé en 1898 lorsqu'il y joue le premier concerto de Max Bruch .

Nous le retrouvons à Berlin l'année suivante lorsqu'il fait ses débuts de concertiste puis il retourne en Amérique en 1900 et se produit pour la première fois en Grande-Bretagne en 1902. C'est également en 1902 qu'il épouse Harriet Lies qui en plus d’être son épouse, sera aussi sa secrétaire pour l’organisation de ses concerts;

En 1910, Fritz Kreisler crée le concerto d'Edward Elgar Elgar lequel sera, pour la petite histoire, le premier compositeur à prendre le disque phonographique au sérieux. Dès lors sa célébrité s’accroît, ce qui ne l’empêche pas à participer à la Première Guerre mondiale durant laquelle il sera blessé. Il revient en Amérique puis s’installe à Berlin en 1924 durant neuf années jusqu’en1933 puis revient à nouveau en France. En 1938, il prend la nationalité française, puis en 1939 il s'installe définitivement aux États-Unis et deviendra officiellement américain en 1943.

Dans l’intermède, en 1941, il est renversé par un fourgon dans une rue de New York qui lui vaudra une semaine de coma. Cet accident mettra fin à sa carrière professionnelle mais  il continuera cependant à jouer jusqu'en 1950.  Il décédera à New York le 29 janvier 1962, Son épouse lui survivra une année jusqu’en 1963.

    
Rondino : une fantaisie de Fritz Kreisler sur un thème de Beethoven

Mon deuxième morceau est le premier mouvement du Concerto N° 22 de Giovanni Battista Viotti en la mineur. Le premier pour moi de ce compositeur mais aussi le plus célèbre et le plus joué parmi ses 29 concertos.

Giovanni Battista Viotti est né en Italie à Fontanetto Po (province de Verceil) le 12 mai 1755 . Au XVIIIe siècle,  jeune prodige du violon, il charme l'Europe entière. Compositeur accompli pour son instrument, il sera la coqueluche de Paris un temps, mais ses accointances avec les nobles l'obligeront à fuir pour l'Angleterre lors de la Révolution Française.

Viotti fut l'élève de Gaetano Pugnani (lui-même formé par Giovanni Battista Somis) à Turin. Il fut membre de la Chapelle royale de Turin en 1775. Virtuose très apprécié, il voyagea dans toute l'Europe. Il se produit .Genève, Berne, Dresde, Berlin, Varsovie, Saint-Pétersbourg, Paris), Viotti se fixe à Paris après l'accueil chaleureux qu'il y reçoit au Concert spirituel

A partir de 1782 il vivra à Paris ou plutôt à Versailles au service de la reine Marie-Antoinette. Il se lance alors dans l'organisation d'un théâtre qui devait donner des opéras tant en français qu'en italien mais la Révolution le chasse. En 1792 il émigre en Angleterre, puis à Hambourg, en Angleterre de nouveau, où il fonde avec Clementi  -qui sera le premier grand compositeur pour le piano comme un trait d’union entre le baroque de Scarlatti et le romantisme de Beethoven- , l'orchestre philharmonique. Il rentre à Paris et, grâce à l'appui de Louis XVIII, devient directeur de l'Opéra de 1818 à 1822, mais échoue dans sa tentative de vaincre l'anarchie et le désordre qui y régnaient en maîtres. Il retourne alors à Londres où il meurt le 3 mars 1834. Le mérite essentiel de Viotti est sa virtuosité violonistique, son jeu, son phrasé, l'impétuosité des traits étaient éclatants, et son influence fut grande sur l'école française de violon. Quant à son œuvre (vingt-neuf concertos pour violon, dix pour piano, deux symphonies concertantes pour deux violons, quantité de musique de chambre), elle prône à l’excès pour certains par le goût presque exclusif de la virtuosité technique où seul brille le soliste, la musique n'ayant d'autre dessein que de le faire valoir. Pourtant l'estime où le tenait Mozart devrait sauver Viotti d'un oubli injuste et préjudiciable. Au printemps de 1785, Mozart complète l'orchestration du Seizième Concerto pour violon (en si mineur) de Viotti par l'adjonction de trompettes et de trombones.

Viotti est considéré aujourd’hui et sans équivoque comme l'un des pères de la technique violonistique moderne. Les jeunes violonistes dont je suis lui sont redevables et se reconnaissent en lui.

    
Concerto N°22 de Giovanni Battista Viotti

30 novembre 2021

Vidéos de mon Concert à Chameyrat en Corrèze

Le vendredi 12 novembre 2021 , j’ai effectué un concert à Chameyrat en Corrèze  à l’invitation de Madame Emilie Boucheteil la plus jeune Maire de Corrèze et Conseillère Départementale depuis 2015.

Voici 02 vidéos de Paganini prises lors de cette prestation !!

Concert à Chameyrat Paganini: Caprice N°9
Concert à Chameyrat Paganini: le Carnaval de Venise

23 novembre 2021

Mardi 12 Octobre 2021 Dîner concert au Rotary Club à Ambert

Nous avions prévu déjà de longue date cette rencontre mais la CODID 19 avait bouleversé nos projets et reporté à plus tard ce rendez-vous musical. Et puis au terme des affres de l’impatience et dans l’attente des ‘peut-être” toujours remis pour après, ce jour est arrivé. Enfin ! Nous tenons d’abord a exprimé notre reconnaissance à Monsieur Henry Vorilhon, membre du Rotary depuis plus de trente ans qui fut notre entremetteur pour introduire Manoé auprès de ses amis, le faire connaître dans le but d’obtenir un soutien financier.

Nous nous sommes donc retrouvés à l’Hôtel-Restaurant “La Chaumière” avenue du Maréchal Foch à Ambert accueilli chaleureusement par Monsieur Jean François Abadon, Président du Rotary, dans la circonstance d’une réunion pour laquelle était venue , en sa qualité de Gouverneur du District 1740, le plus étendu de France de par sa géographie, Madame Dominique Laval

    

   

 

   

Manoé avait bien sûr longuement préparé son concert et avec Raphaël Chenot, son professeur au Conservatoire à Rayonnement Régional de Clermont-Ferrand, fait le choix d’un répertoire diversifié. De très nombreuses répétitions avaient précédé ce jour. L’épouse de son professeur, Hélène Friberg, également violoniste professionnelle, elle aussi professeur au Conservatoire mais également pianiste, ferait l’accompagnement. Manoé allait donc interpréter différents morceaux que je vous propose sans plus tarder d’écouter.

Vidéos réalisées par Henry VORILHON   /    Montage: Sylvain LOUIS 

Concert au Rotary Club

 

  Dans la semaine qui a suivi Monsieur Jean François Abadon a réuni ses collaborateurs. Au terme de leur discussion il nous a fait savoir que le Rotary Club d’Ambert avait décidé d’accompagner Manoé avec une bourse de mille euros pour l’année, renouvelable pour une deuxième et même une troisième année.

Courrier accord du Rotary

ROTARY AMBERT ACCORD  

Ce partenariat nous honore car l’apanage du Rotary Club, mondialement reconnu et apprécié, étant avec beaucoup d’autres qualités,  dont la générosité, celui de l’exigence, nous avons dit à notre fils, qu’il devra s’en montrer digne et reconnaissant comme nous le sommes en tant que parents.

 

Manoé sera suivi dans son apprentissage du violon par Monsieur Eric Tamet et Monsieur Michel Faversienne, tous deux membres du Rotary Club Ambert et à la fibre musicale 

 

Monsieur Jean Louis ABADON Président du Rotary Club à Ambert avec Monsieur & Madame Chenot & ManoéROTARY AMBERT

   

Dédicace dans le Livre d’Or de ManoéMr Monsieur Jean Louis ABADON Président du Rotary Club à Ambert et Madame Myriam Fougère ancienne Maire d’Ambert et maintenant élue au Conseil Régional Auvergne Rhône Alpes


20 novembre 2021

Article du journal La Montagne du 07 novembre 2021

le journal La Montagne m’a consacré un article paru dans l’édition de Corrèze le 07 novembre 2021 concernant mon concert effectué à CHAMEYRAT le 12 novembre 2021.

Pour lire l’intégralité de l’article ; veuillez cliquer sur ce lien


29 octobre 2021

Mes prochains concerts en Corrèze

J’ai pour ce terroir une émotion particulière car c’est au cimetière de Chabrignac que repose Nam PHUONG qui fut la dernière impératrice d’Annam (photo ci-dessous), décédée en exil le 15 septembre 1963 car je partage dans l’ambivalence et le métissage de mes origines, des gênes gaulois et annamites. Je suis d’ailleurs déjà allé me recueillir sur sa tombe avec mes parents, accompagné de Jacques Decoux, petit-neveu de Jean Decoux qui fut le dernier Gouverneur Général de l’Indochine dont l’épouse Suzanne Humbert disparut tragiquement dans un accident de voiture sur la route menant de Saigon à Dalat le 6 Janvier 1944 en allant justement rejoindre le couple impérial dans leur résidence d’été.

 Je recommande dans la circonstance le livre de Jacques Decoux à celles et ceux qui voudraient connaître et comprendre cette époque d’un temps oublié et trop méconnu de la jeune génération

Nam Phuong (1913-1963), wife of Bao Dai, Annam's empress. … | Flickr

Etonnamment ces deux personnalités de l’histoire de l’Indochine allaient disparaître la même année en 1963 comme si le destin avait voulu les réunir pour l’éternité.

Ce voyage à Chabrignac fut d’ailleurs immortalisé dans un article du journal “LA MONTAGNE”

https://www.lamontagne.fr/chabrignac-19350/actualites/hommage-a-limperatrice-bao-dai_11553334/

Ce fut pour moi ma première apparition en photo dans un quotidien. Je ne savais alors que bientôt LA MONTAGNE dans son édition d’Issoire et de Brioude me consacrerait un grand article pour ma passion du violon paru le 20 Juillet 2020.

https://www.lamontagne.fr/vernet-chameane-63580/loisirs/qui-est-manoe-8-ans-jeune-prodige-du-violon-jouant-dans-le-puy-de-dome_13811107/

Je donnerai donc les vendredi & Samedi 12 et 13 Novembre 2021

deux concerts en Corrèze

  

Je vais d’abord débuter à Chameyrat où mon père et moi allons venir pour la première fois à l’invitation de Madame Emilie Boucheteil la plus jeune Maire de Corrèze et Conseillère Départementale depuis 2015

    

Http://www.laviecorrezienne.fr/emilie-boucheteil-maire-le-mandat-le-plus-dur-mais-aussi-le-plus-enrichissant/

Mon concert aura lieu dans la très belle église St Etienne de Chameyrat

 

Eglise Saint-Etienne à Chameyrat - PA00099706 - Monumentum

La Poste Agence Communale CHAMEYRAT Mairie (19330) - La Poste

     

Aujourd’hui, le château de Chameyrat est le seul témoin qui reste de l’appartenance de la paroisse à la vicomté des Turenne de 1230 à 1738. A travers le temps, il a gardé le nom de « Château des Turenne ».

Je vous invite à découvrir Chameyrat en consultant le site très intéressant de la Mairie

Commune

Site officiel - chameyrat.fr


28 septembre 2021

Mon matériel pour mes concerts

  

Tout d’abord j’ai grandi. Dix ans depuis le 20 septembre dernier. Je suis maintenant passé au violon 3/4. Après en avoir essayé plusieurs, mon choix s’est porté sur un modèle Mirecourt  - copie Stradivarius,-  qui proviendrait de la Célèbre Maison Laberthe fondée entre 1775 /1780. Mon précédent était déjà un “Mirecourt” mais copie Guarnerius.

Antonio Stradivari né en 1644, fut un luthier italien du XVIIe siècle, installé dans la célèbre ville de Crémone. Il a 22 ans quand, en 1666, il signe ses œuvres de son nom latinisé "Antonius Stradivarius" et donne ainsi vie à une future légende musicale. Élève supposé de Niccolo Amati, il perfectionna son art au fil des années, jusqu'à atteindre "l'âge d'or" de ses créations, au tournant du début du siècle, dès 1709. Il était notamment proche de musiciens comme Vivaldi ou Corelli, ce dernier l'ayant certainement aidé à perfectionner ses créations. Travailleur chevronné, il décède en 1737, à l'âge de 93 ans.

Contrairement à Antonio Stradivari qui a construit un empire qui s'est éteint avec lui, Andrea Guarneri – lui aussi élève de Niccolo Amati - a lancé des luthiers sur plusieurs générations. Mais c'est son petit-fils, Bartolomeo Giuseppe Antonio Guarneri, dit "Guarneri del Gesù" qui fut le plus renommé. Il tient son surnom de l'abréviation IHS apposée sur ses créations, faisant référence à "Jésus Sauveur des Hommes", accompagnée de la croix romaine. Guarneri del Gesù se distingua dans l'atelier de son père dès 1716, et sa carrière décolla dans les années 1720, sans pour autant pouvoir rivaliser avec Stradivari à l'époque. Son succès fut de courte durée car il mourut  en 1744, à seulement 46 ans.

Les violons d’exception, œuvres d’Antonio Stradivari, de Giuseppe Antonio Guarneri dit Guarnerius del Gesu se vendent aujourd’hui à des prix astronomiques. Sans en être propriétaire chaque violoniste rêve un jour de pouvoir en disposer d’un pour jouer dans un concert. Mes violons ne sont bien sûr que des copies…..alors je rêve…Un jour peut-être !!!

Visite du centre historique de Mirecourt | Office de Tourisme du pays de  Mirecourt

C’est au XVIe que Mirecourt, célèbre cité vosgienne,  devint un centre de fabrication d’instruments à cordes. Sous l’impulsion des Ducs de Lorraine et grâce à leur lien avec l’Italie, ils auraient importé le savoir-faire et encouragèrent l’émergence de la lutherie. Dans la mémoire conservée des archives .l’on dénombrait déjà 43 luthiers dès 1635. Bien située sur les routes commerciales, l’acheminement des matières premières et des bois de lutherie ainsi que la vente des instruments n’était pas un problème. Au fil des générations, le marché devînt de plus en plus important et les affaires florissantes jusqu’au XXe siècle. A son apogée au cours du XIXe siècle, plus de 80.000 instruments étaient fabriqués chaque année chaque année.

Certificat de garantie d'un instrument Laberte et Magnié

En 1925, la ville de Mirecourt compte, dans le domaine de la lutherie, trois fabriques (la Maison Laberte, la Maison Thibouville Lamy, la Maison Couesnon) et une multitude d’artisans. Les luthiers sont connus pour porter des surnoms, et aussi pour la défense de leurs secrets de fabrication.

La Maison Laberte essuiera deux crises économiques. Durant celle des années 1930, les luthiers de Mirecourt changent de métier, voire de ville. Cela entraîne la fin de la traditionnelle succession familiale dans les ateliers.

Mon violon a donc au minimum 100 ans. Peut-être plus ! J’imagine en fermant les yeux ceux qui l’ont conçu et fabriqué. Celle et ceux aussi qui ont fait vibrer son âme.  Leurs mains s’incarnent en la mienne dans la continuité du temps et d’une passion partagée.

Marc André Joseph Laberte (29 mai 1880-29 Mars 1963) fils de Pierre Alexis Auguste Laberte, a été formé comme luthier ainsi qu'archetier. Dès 1911, il a commencé à jouer un rôle actif dans la société Laberte-Humbert Frères.
Marc Laberte est né dans une famille de luthiers. Son grand-père a mis en place un atelier à Mirecourt dès 1780. L'atelier Laberte produit une large gamme d'instruments et archets de qualité constante, employait plus de 300 personnes dans les années 1920. En outre, de nombreux maîtres qualifiés travaillaient pour Laberte, y compris Camille Poirson, Charles Brugère, et Georges Apparut. L'atelier possédait une belle collection d'instruments de tous les luthiers célèbres, dont Antonio Stradivari, Guarneri del Gesù, Giuseppe filius Andrea Guarneri, Francesco Ruggeri, Nicolas Lupot, Jacob Stainer, et Jean-Baptiste Vuillaume. Ils ont été méticuleusement examinés et utilisés comme modèles pour leurs propres instruments. L'atelier a été victime   du premier conflit mondial durant la guerre, et la production a repris après la fin de la guerre.
En 1931, Laberte a reçu le Grand Prix pour le Stradivox Magné, un phonographe, qui a été produit dans des versions différentes.
Malheureusement, la Seconde Guerre mondiale a apporté le désespoir sur Mirecourt comme sur toute l’Europe avec ses destructions et le vol des outils de production. En 1944, l'entreprise a cependant repris son activité, mais la production n'a jamais atteint les mêmes niveaux que ceux antérieurs à la guerre et finalement le climat économique difficile au cours des années d'après-guerre, a entraîné le déclin inévitable de la production Laberte. Philippe Laberte, le fils de Marc Laberte a repris les commandes au cours de cette période et a essayé de maintenir une production vers le haut de gamme du marché. Marc Laberte est mort en 1963, la même année que JF Kennedy, le Pape Jean XXIII, Ngo Diem Diem, Jean Decoux dernier Gouverneur Général de l’Indochine, Aldous Huxley,Jean Cocteau, Edith Piaf, Georges Braque, Nam Phuong dernière Impératrice d’Annam et le compositeur Francis Poulenc.

Cécile Laberte, dernière descendante de cette dynastie à quatre cordes finira par liquider la Maison en 1972. Une épopée centenaire se refermait.

 

Pour l’organisation de mes concerts

j’ai dès présent en plus

de mes mini micros pour mon violon

et de mes deux sonos YAMAHA stagepass 1K

Une scène amovible et transportable

Intellistage ISSK 8X8 Noir Long portable Stade Jupe/8'W X 8"H Plinthe | eBay 

  

Je vous invite à visionner la vidéo de son installation

https://www.intellistage.fr/img/cms/Intellistage%20portable%20stage%20system%20(480p).mp4

      Nous remercions chaleureusement Monsieur Nicolas PERROT Directeur de la société Roadskinz France Sarl 21T Rue Julien Leneveu, 71380 Saint-Marcel pour nous avoir fait des conditions préférentielles dans le but de m’aider


06 septembre 2021

Feu d'Artifice en Couleur et en Musique

Pour remercier les responsables qui m'ont invité à donner mes concerts, pour les auditeurs qui sont venus m'écouter, pour celles et ceux qui me soutiennent et participent à mon association, ma modeste reconnaissance avec ce final du feu d'artifice annuel pour la fête de mon village au Vernet La Varenne qui a eu lieu le Dimanche 22 Août 2021 à 22 heures sur le Plan d'Eau au pied du Château de Montfort en contrebas du restaurant de notre ami Pascal Chabrol qui m'a invité à me produire en soirée au cours de cinq jeudis "dits de Manoé" durant l'été. En toile sonore avec mon  violon "Le Carnaval de Venise" de Nicollo PAGANINI enregistré à l'auditorium du Conservatoire à Rayonnement Régional de Clermont-Ferrand

Feu d’artifice du plan d’eau de Vernet la Varenne avec la musique du Carnaval de Venise de Nicollo Paganini / © 2021 manoe-le-violon-pour-passion.com /

Encore infiniment merci à chacune et à chacun !


03 septembre 2021

Mon dernier concert de l’été à St Hérent dans le Puy de Dôme entre ciel et terre

Nous étions revenus du Périgord passé minuit. Il nous fallait reprendre la route mais cette fois près de chez nous. Seulement 37 kilomètres. Un autre lieu perché magique dans le jet d’un archet aux rives de l’imaginaire. Mon dernier concert au bout d’un périple de 6000 kms vécu entre quatre cordes dans des escales plus belles les unes que les autres. Mon père a eu la chance de beaucoup voyager mais pour lui la France est unique ! Je le crois. C’est un nomade qui vous parle et qui l’affirme.

  

Je suis venu comme à l’habitude gratuitement, invité par l’association « les Amis de l’Eglise St Loup de Boudes » qui se propose de restaurer ce bâtiment ancien. La générosité des spectateurs ravis de ma prestation aidera, même modestement, et je m’en réjouis, à cette finalité.

  

      Monsieur Paul ILPIDE Président de l’association avant mon concert.                                 Intérieur de l’église.

                                Les commentaires sur mon Livre d’Or ( cliquez sur l’image pour l’agrandir )

Texte : Grandvuinet D.


Mon 2ème concert dans le Périgord à la Source Salmière

Samedi 28 Août nous avons quitté l’Auvergne en milieu de matinée pour rejoindre le Périgord. Près 500 kms AR via Aurillac. L’endroit à l’arrivée est étonnamment beau dans un cadre de nature qui ajoute à la beauté de l’architecture de l’ancien bâtiment thermal la magie d’un écrin comme fait pour un violon et un concert.

 

Mon Père avait par internet adressé un mail à chacune des communes du Lot. Les réponses à son invitation ne furent pas nombreuses. Seul en plus des autres auditeurs locaux, avec son épouse Monsieur Alain DANIERE Maire de Fourmagnac – village célèbre par la beauté de son église et l’originalité de sa fontaine - avait fait spécialement le déplacement dont je vous invite à lire son appréciation laissée dans mon Livre d’or.

J’avais été convié par Madame Caroline MEY premier magistrat de la commune de Miers et responsable de la Culture au Conseil Général du Lot. 

Les deux se sont engagés à me faire connaître auprès de leurs collègues afin de pouvoir organiser une tournée durant l’été 2022. Mon père et moi nous réjouissons par avance de ce projet en devenir.

Texte : Grandvuinet D.